fbpx

Les Celtes se battaient-ils réellement tout nus ?

Les Romains rapportaient sans cesse cette histoire, mais, on le sait, il faut se méfier des sources écrites par les vainqueurs. En tant qu’historiens, nous devons regarder l’histoire avec un œil critique et chercher à vérifier auprès de plusieurs sources avant de tirer des conclusions définitives. Alors, qu’en est-il vraiment ? Existe-t-il des sources non romaines qui mentionnent le fait que les Celtes allaient au combat nus ?

Nous disposons essentiellement de trois références sur ce sujet. Parmi celles-ci, seule celle de César pouvait avoir des motivations politiques, puisqu’il était engagé dans une campagne contre les Bretons. Son récit n’est cependant que marginal par rapport aux autres, dans la mesure où il n’affirme pas clairement que les Celtes allaient au combat nus. Par ailleurs, Polybe et Diodore de Sicile semblent être des sources fiables ; ils étaient grecs et non romains. Il ressort clairement de leur récit que le fait de se rendre nu au combat était peu courant chez les Celtes :

Les Insubres et les Boii portaient leurs pantalons et leurs manteaux légers, mais les Gaesatae avaient abandonné ces vêtements en raison de leur orgueilleuse confiance en eux-mêmes, et se tenaient nus, sans rien d’autre que leurs bras, devant toute l’armée, pensant qu’ainsi ils seraient plus efficaces, car une partie du terrain était couverte de ronces qui s’accrochaient dans leurs vêtements et empêchaient l’utilisation de leurs armes.

Polybe, Histoires, II-28
Une statuette en terre cuite représentant un guerrier celte, probablement de Gaule. Égypte, 220-180 av. J.-C. (British Museum, Londres)

Diodore de Sicile va dans le même sens :

Les vêtements qu’ils portent sont frappants : des chemises teintes et brodées de couleurs variées, des culottes qu’ils appellent dans leur langue bracae, et des manteaux rayés, fixés par une boucle sur l’épaule, lourds pour l’hiver et légers pour l’été, dans lesquels sont sertis des carreaux rapprochés et de teintes variées. Pour armure, ils utilisent de longs boucliers, aussi hauts qu’un homme, qui sont travaillés d’une manière qui leur est propre, certains ayant même des figures d’animaux en relief dans le bronze, et qui sont habilement travaillés dans un souci non seulement de beauté mais aussi de protection. Sur leur tête, ils mettent des casques de bronze, d’où se détachent de grandes figures estampées qui donnent l’apparence d’une grande taille à ceux qui les portent ; en effet, dans certains cas, des cornes sont attachées au casque de manière à former une seule pièce, dans d’autres cas, des images des parties antérieures d’oiseaux ou d’animaux à quatre pattes. […] Certains d’entre eux ont des cuirasses en fer, forgées avec des chaînes, mais d’autres se contentent de l’armure que la nature leur a donnée et vont au combat nus.

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, V-30

Tandis que César affirmait ceci, à propos des Suèves :

même dans les régions les plus froides, ils ne portent aucun autre vêtement que des peaux, dont la maigreur fait qu’une grande partie de leur corps est nue, et ils se baignent dans les rivières ouvertes.

César, La Guerre des Gaules, IV-1

Cependant, il s’agit plutôt d’une remarque générale sur la vie quotidienne des Suèves et non sur leurs guerriers en particulier.

Il existe de nombreuses preuves archéologiques de l’existence d’armures celtiques, notamment de casques. L’art les représente toujours nus, mais cela est très probablement dû à des raisons stylistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et à des fins statistiques. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer